Même pas peur !

11 janvier 2015

Samedi 10 Janvier

Trois choses nouvelles ont marqué cette première semaine de l’année. Deux qui n’ont au final que très peu d’importance et une autre grave, lourde, terrible, douloureuse et peut être aussi porteuse d’espoir et d’avenir meilleur.

Depuis la soirée chez Jojo samedi dernier, je n’ai pas retouché une convertibles et ça, pour la course à pieds, ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Alors, ce n’est pas encore bien stabilisé, mais le fait d’avoir passé le vendredi soir avec apéro et pause clope avec Chouchou sans en toucher, c’est un bon départ.

Deuxième point de cette nouvelle année : je commence à clarifier ma position sur mon avenir professionnel. C’est valable pour moi, qui commence à faire clairement le tri entre ce que je veux et ce que je ne veux pas, mais je clarifie également ma situation auprès des membres de l’entreprise, et pas des moindres.

Et puis mercredi, la catastrophe, 3 estropiés du cerveau, attaquent les symboles de notre société, tuent froidement, répandent la terreur, foutent un bordel pas possible. 3 gus dont le QI global ne doit pas excéder 10 qui arrivent à mettre à genoux un des plus grands pays de la planète. Mais c’est quoi ce bordel ?

Si, comme d’habitude, nos politiques ne sont ni rassurants, ni dignes, ni performants, je trouve que la réaction des français est belle, forte, spontanée, et qu’elle me donne de l’espoir pour l’avenir. Je me dis que nous ne serons plus jamais les mêmes, que nous allons résister et montrer que nous avons pas peur de cette bande de barjots. Et s’il faut donner de son sang pour les faire disparaitre, je suis prêt.

Mais ce matin, j’étais surtout disposé à donner de ma sueur ! Je me suis réveillé à 6h30 et très rapidement je me suis levé pour préparer le petit déjeuner pour toute la famille. Du coup, j’étais prêt et en pleine forme dès 10h30 et je suis parti courir.

J’ai repris du vieux classique en terme de parcours avec un passage sur l’île de Puteaux sur laquelle je ne m’étais pas aventuré depuis bien longtemps.

Ca n’a pas été un sortie facile, il y avait beaucoup de vent et je ne suis pas bon dans le vent. De face à l’aller sur les quais de Neuilly avec cette impression de ne pas avancer, dans le dos au retour avec l’impression que cela ne sert à rien.

Donc, pas de bonnes jambes mais en revanche, un vrai mental de coureur, plus ce mental de poule du jogger du dimanche, non, la tête bien concentrée sur ma course, sur la technique, sur le rythme. Un mental d’un type qui se dit que peu être un jour, je pourrais faire un nouveau marathon.

14 bornes en 1h13 à11.5 de moyenne 11.6 à l’aller et 11.4 au retour, ça commence à ressembler à quelque chose.

 

Retour 3 jours après

4 janvier 2015

Un samedi soir chez Jojo pour une petite soirée entre amis. Ce n’est plus ce que c’était mais ça permet quand même de prendre un peu de bon temps, de bien discuter et au final, passer un bon moment.

Couché vers 2h du matin mais plutôt frais et pas alcoolisé donc réveil facile à 9h30.

Je n’ai pas fait grand chose de ma matinée mais ça m’a permis de refaire des forces et quand je me suis senti bien vers midi et demi, j’ai décidé de partir courir.

Deuxième sortie en 4 jours, je ne sais même plus à quand remonte la dernière fois que j’ai fait cela.

Je viens de vérifier, ça remonte au mois d’aout avec 2 mini sorties de 32 minutes chacune en Grèce pendant les vacances. Sinon, il y avait aussi eu 2 sorties en 5 jours en juillet pour un total de moins de 18 bornes.

Donc je confirme, cela fait longtemps que je n’ai pas fait deux vraies sorties dans la même semaine et je me suis dit que cette première semaine de l’année était une bonne opportunité.

Comme une tradition

2 janvier 2015

Jeudi 1er Janvier

Je ne suis plus du tout assidu à la course à pieds et encore moins à l’écriture. C’est la vie, les blessures physiques m’empêchent de courir et les blessures morales ne me donnent pas envie d’écrire. Tu ajoutes à cela le manque de temps et d’énergie et tu arrives à une espèce de vide, de néant, d’impasse.

Mais je dois conserver des repères, des rendez vous qui me prouvent que je ne suis pas complètement cramé, que j’ai encore quelques ressources et que je suis encore prêt à me battre.

Pour cela, rien de tel qu’une bonne sortie le premier jour de l’année. Si une sortie le matin très tôt, met du feu dans la cheminée pour toute la journée, un run le 1er janvier peut peut aussi mettre du bon pour tout le reste de l’année !

Hier soir, nous avons fait simple, en famille, tous les trois. Nous sommes restés longtemps avec Céline à la cuisine à discuter en buvant du vin et fumant des clopes. C’était dur, plein d’émotions mais aussi constructif et sincère. Pimousse jouait sur sa tablette avec les oreilles toujours disponibles pour capter une ou deux infos. Malin le petit chat !

Diner japonais, une dernière partie de Cranium, moins rigolote qu’avec Clem mais sympa quand même et au lit. Je crois qu’il n’était même pas minuit puisque j’ai entendu les klaxons et les cris depuis mon lit.

La nuit a été bonne et a sans doute été très fraiche à la vue du pare brise des bagnoles. J’ai fait un petit tour de La Garenne pour trouver les pains que je voulais et nous avons pris le petit dej en famille.

C’est à midi que l’envie d’aller courir m’a vraiment pris. Alors je n’ai pas hésité, j’ai sauté dans les Kayano, saisi mon Garmin qui chargeait depuis le matin, enfilé ma traditionnelle veste Odlo et je suis parti, oubliant au passage de mettre mes gants.

Il faisait encore très froid mais très beau, avec un ciel bleu magnifique et un soleil radieux. J’ai donc profité au maximum des passages ensoleillés pour me réchauffer.

Départ classique jusqu’à Neuilly puis remontée du boulevard Bineau, entrée dans Paris par Champerret, puis au premier rond point à droite direction l’Arc de Triomphe;

Je suis redescendu par l’avenue de la grande Armée, crochet pour rentrer dans Neuilly. Théatre, Eglise, Mairie pour retrouver un peu plus loin les quais que je connais parfaitement.

Retour classique avec cependant un petit crochet dans la Garenne car les jambes étaient bonnes et je me sentais bien.

Grosse sortie au final : 1h27 et 16,5 km. Des bonnes sensations et peu de douleurs au genou même si j’ai bien senti que courir avec une tendinite n’est pas la meilleure idée que j’ai eue.

Si je me sentais bien en courant, une fois rentré à la maison, j’étais carbonisé et il m’a fallu une bonne partie de l’après midi pour retrouver un peu d’énergie que j’ai utilisé au patinage. Arthur voulait absolument que j’aille à la petite patinoire avec lui. Nous y sommes allés tous les trois. C’était sympa.

Quelques gaufres au retour, pour terminer une journée presque normale, avec des gens presque normaux.

Pour tester ma capacité à combattre

7 décembre 2014

Dimanche assez bien rempli avec une belle visite du Salon Nautique ponctuée de retrouvailles avec Gato et Geoff !

Retour après deux mois d’arrêt

30 novembre 2014

Pour essayer de me débarrasser complètement de ma tendinite au tendon rotulien, j’ai décidé de faire une vraie grosse coupure. Deux mois d’arrêt, un à Paris et un sur les Dom. J’en ai profité pour prendre 4 ou 5 kilos et me massacrer un peu la santé à base de bière et de Lucky Convertibles.

Petite reprise en douceur

28 septembre 2014

Voila, le mois de septembre qui m’a servi à récupérer au niveau de la course à pieds se termine.

Je suis rentré des Antilles vendredi.

Test au retour de la Réunion

13 septembre 2014

Je n’ai pas couru depuis le dimanche 31 août. 13 jours d’arrêt, histoire de faire reposer mon genou, donc 10 sur l’île de la Réunion, à bosser comme un dingue dans un cadre idyllique.

On dirai que ça revient

31 août 2014

Je pars mardi à la Réunion et j’ai décidé de ne pas emporter mes affaires de course. Je pense que mon corps à besoin de se reposer, surtout mes genoux.

Dernier run avant un petit break et surtout, dernier run du mois, normal quand on est le 31.

un mois d´aout qui m’aura quand même permis, malgré les nombreux pépins physiques de faire 6 sorties et 68 kilomètres.

j’avais prévu de claquer un truc solide aujourd’hui et j’étais mentalement prêt à en découdre. Apres il y avait toujours l’inconnu du genou et sa capacité à encaisser.

j’ai donc décidé de faire classique en terme de parcours avec une petite innovation pour franchir le pont de Puteaux avec montée, boucle par dessous et descente de l’autre côté.

Apres, j’ai longé Bagatelle et au carrefour de La Grande Cascade, j’ai quasiment fait demi tour pour rentrer direction Neuilly.

Le retour m’a semblé très long et j’ai senti ma vitesse réduire au fil des hectomètres inversement proportionnelle à ma fatigue et ma souffrance.

J’ai essayé de ne pas m’affoler et de maîtriser ma foulée en dépensant le moins d’énergie possible.

Les chiffres parlent d’eux même  : premier 4 k en 19’57″ a 4’59″ du K, puis 20’21″ à 5’05″, puis 4.89 k en 25’18″ à 5’11″ et enfin 4k en 5’22″ à 5’22″ !

Belle sortie quand même de 16.90 km en 1h27’06″ à 5’09 du kilo. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas cassé la barre des 15 bornes (depuis le 31 mai) et je suis très satisfait.

Le genou a tenu, reste maintenant à savoir comment il sera ce soir et demain.

Et maintenant, repos !

Difficile puis bonnard

23 août 2014

Des conditions formidables pour aller courir : un peu de soleil mais une température presque fraiche (17/18°C). C’est bien de courir l’automne, c’est la meilleure saison.

Ah oui, nous sommes au mois d’aout mais cette année l’été ne s’est pas invité sur la France, en tous cas, pas sur Paris.

Après un vrai tour de bécane ce matin, j’avais une grosse envie de courir. Je me suis bien occupé de mon genou cette semaine en glaçant tous les soirs une demi heure. Les douleurs semblent s’estomper et je me suis dit que ça valait le coup de tenter.

Malgré toutes ces bonnes conditions, j’ai eu mal à ce p….. de genou dès les premiers mètres. D’abord inquiet, je me suis dit qu’il fallait insister.

Malheureusement, il n’y avait pas que le genou qui n’allait pas, la foulée était mauvaise, les appuis pas précis, les jambes molles, le rythme saccadé et j’ai du me battre pour ne pas que le point de coté m’achève.

Dans ces cas là, il ne faut pas s’affoler, faire le dos rond, être optimiste et se dire qu’à un moment, tout va se mettre en place et que ça va rouler.

Bon, la galère a quand même duré 4 kilomètres et petit à petit, tout a commencer à se fluidifier et les sensations sont revenues, les douleurs ont disparu.

A partir de là, tout a été mieux et je me suis même régalé. A tel point que j’ai passé pas mal de temps avec Fernand, oubliant même où j’en étais sur le parcours.

Pour cette sortie, j’avais repris mon traditionnel parcours par Courbevoie, Jatte, quais de Neuilly, petit tour sur le parking de l’île de Puteaux et retour.

Un dernier crochet autour du pâté de maison et fin de sortie sous les halles pour aller me rafraichir.

Grosse sortie au final, 1h08’41 pour 13.57 km à 11.9 km/h : c’est bon ça !!!

Maintenant on va voir comment le tendon rotulien a apprécié ce long run mais cela fait rien, ça valait le coup !

Reprise !

16 août 2014

Retour en France mardi soir et reprise du boulot mercredi matin. Deux jours assez tranquilles et week end de trois jours avec le 15 août.

Soirée avec les Jojo jeudi soir, quelques bières, du pinard mais rien d’excessif.

Ce matin, je n’avais pas prévu de courir, mais la victoire de Christelle Dauney au marathon des championnats d’Europe m’a excité et je n’ai pas pu résister aux sirènes.

Mon genou a été douloureux cette nuit mais je n’avais pas mal ce matin alors je me suis dit que je devais en profiter.

J’ai encore changé mon parcours avec un départ vers Colombes puis une descente en direction de l’A86 et petit tour dans le grand parc entre autoroute et Seine.

J’ai bien géré le rythme, la foulée, les douleurs et la forme moyenne. Je me suis rapidement dit qu’il me fallait faire une heure de course et on comptera les kilomètres après.

1h00’48″ pour couvrir 12.08 kilomètres ce qui fait une moyenne de 11.9 km/h, la machine reste malgré tout encore performante.

Faut vraiment que je règle mes problèmes de tendons car l’envie de me recoller un dossard pour un marathon monte de plus en plus au fil des semaines et Paris 2015 pourrait être une excellente occasion.

12345...87